LA CFDT RHONE-ALPES SOUTIENT LE COMBAT DES ATELIERES

Le tribunal de commerce va statuer vendredi matin sur la liquidation (ou pas) des Atelières. La CFDT Rhône-Alpes considère que les Atelières est un projet viable.

Cette jeune entreprise connaît, comme beaucoup, des difficultés financières. Il est important que les engagements financiers multiples puissent être garantis.

Cette entreprise est créée suite à des combats nombreux des couturières de Lejaby, comme en témoigne l’engagement de Nicole Mendez.

L’avenir de cette branche du textile passe aussi par la place de l’entreprise « LES ATELIERES » qui a pour modèle : Le Luxe et les petites quantités, payées correctement sur un temps vrai (et non calculé sur des logiciels vieux de 40 ans où le taylorisme était à la mode).

Dans cette entreprise, le choix d’organisation du travail est aussi important. Cette organisation est basée sur la prise en compte des avis et des conditions de travail des salariés : Les couturières réfléchissent sur leur façon de travailler, produisent des pièces de qualité, en petites quantités, et ne deviennent pas des robots dont le geste sera devenu tellement automatique qu’on ne sait plus à quoi il sert.

Ce modèle était aussi celui du concept de management participatif qui a permis à Muriel PERNIN et à ses associés de mettre le dialogue social au cœur du travail. Aujourd’hui direction et salariés ne font qu’un. C’est le même combat celui de la sauvegarde du savoir-faire français, de la ré-industrialisation dans un secteur sinistré

Cette entreprise, de production textile, en Rhône-Alpes est le résultat d’un projet innovant. Soutenir cette entreprise c’est maintenir les emplois, et conserver un nouveau modèle de production.